Déconfinement : Le «coup de gueule» de Jean-Pierre Pernaut contre le gouvernement en plein JT

Jean-Pierre Pernaut épingle le gouvernement

 

Jean-Pierre pernaut se moque de la gestion du déconfinement

Le présentateur (Jean-Pierre Pernaut) s’est moqué à sa manière de certaines des mesures prises depuis le début de l’épidémie de coronavirus.

Jean-Pierre Pernaut était en forme ce vendredi. Alors qu’il intervient tous les jours, depuis son domicile, à la fin de l’émission TF1 “13H”, le journaliste s’est permis cette fois de pousser “une petite diatribe” au début de l’intervention.

Une sorte d’éditorial que le présentateur a commencé après avoir raconté sa première sortie à l’extérieur, depuis le début de l’emprisonnement, “pour une réunion importante”.

masque-protection-lorraine

Des masques de protection, lavables et réutilisables, avec une touche Lorraine, lavables, réutilisables, fabriqués en France, dispo sur perlesdesregions.com

“Et là, surprise! Dans une ville près de chez moi, un monde fou sur les trottoirs, des adultes et des enfants qui jouent, sans masque et sans contrôle. Quel contraste avec les rapports où l’on nous montre des PV infligés à des personnes qui marchent seules sur un plage, en montagne et en forêt quand il n’y a pas de risque dans les régions où il n’y a pas de virus! Tout cela semble incohérent" raconte Jean-Pierre Pernaut.

"Comme des masques interdits en pharmacie mais autorisés par les buralistes (masques grand public de 30 avril, NDLR), comme les fleuristes fermés le 1er mai mais les jardineries ouvertes, comme les cantines bientôt ouvertes mais les restaurants toujours fermés. On a du mal à comprendre tout ça!”

Mais le journaliste, qui vient de fêter ses 70 ans, ne pas s’arrêter là:

“Entre l’actualité, un jour, sur un déconfinement par région, le lendemain, ce n’est plus par région”.

Et pour continuer:

“Un jour, l’école est obligatoire, le lendemain, elle ne l’est plus (…) Pour quinze jours de cours, car il n’y aura qu’un enfant sur deux dans les classes”. “Tout cela vous donne le vertige!”.

Jacques Legros, qui présente la première partie de “13 heures” sur TF1, a également épinglé la communication du gouvernement au début du journal. “Bonjour monsieur madame. Un peu, beaucoup ou pas du tout: plus on se rapproche du 11 mai, moins on voit clairement dans les annonces de déconfinement, souvent isolées mais contradictoires …”, avait ainsi lancé, quelques minutes plus tôt , le présentateur par intérim.