Le premier Poilu de Verdun vient d’être identifié grâce à son ADN

Le premier Poilu identifié par son ADN

Le sergent Claude Fournier a perdu la vie au combat le 4 août 1916 à Douamont (Meuse), pendant la bataille de Verdun. 102 ans plus tard, il va être inhumé mercredi, en présence de son petit-fils, dans la nécropole nationale de Douaumont. «Une belle histoire», selon Bruno Frémont, médecin légiste de Verdun, rendue possible grâce à l'identification par ADN. Une première en France : c'est une «série de petites circonstances miraculeuses», qui a permis de retrouver son identité, grâce notamment, à des ossements retrouvés lors de travaux à Douamont.

Tout a débuté lors de travaux au Mémorial de Fleury-devant-Douaumont, lorsqu'un engin met au jour trois squelettes quasiment entiers.

t-shirt-meuse-55

T-shirt disponible ici

Dans la glaise, godillots cloutés, baïonnettes Rosalie, balles Lebel « luisantes », casque Adrian et même une fiole de Ricqlès exhalant encore une odeur de menthe, sont retrouvés. Par miracle -et sur insistance du docteur Frémont-, une plaque d’identité militaire est retrouvée dans un tas de terre évacuée à 200 m du trou. Le minuscule objet en zinc et aluminium appartient à Claude Fournier, incorporé en 1900 à Mâcon.

Des analyses génétiques, autorisées par le ministère de la Défense, confirment son identité.

« C’est la première fois qu’on identifie par son ADN un soldat français de la guerre 14-18 », souligne le docteur Frémont.